Et pourquoi pas un camping-bike ?

Et pourquoi pas un camping-bike ?

4 848

[singlepic=43,320,240,,left]Il est assez courant de voir des Honda Gold Wings ou des Harley équipées tourisme, cruisant sur l’autoroute avec remorque et autres bagareries.

Voici des plans datant de 1930, issus d’un article d’un magazine scientifique, sortis de l’imagination d’un inventeur allemand.

Ce projet ne consistait pas seulement à transporter femme et bagages, mais comprenait un lit double, des placards, le garde-manger, le poêle et même le porte-bagages sur le toit pour un canot.

Compte tenu de la puissance des moteurs moto de l’époque, il aurait sans doute fallu un certain temps pour trouver sa vitesse de croisière avec un pilote, un passager, la remorque à pleine charge et le canot sur le toit !

 

On ne sait pas si cette idée, de 1930 tout de même, a dépassé le stade de concept où si un prototype a été produit,  mais cela pourrait être intéressant de creuser le sujet, comme une alternative supplémentaire à l’automobile aujourd’hui.

pscampertrailer.jpg


4 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,

    Votre intertitre « Camping Bike » m’a interpellé car en effet, je ne sais plus qui de Moto Journal à l’époque avait eu cette idée de titrer « Camping Side-car », l’article très complet de sept pages couleur sur la douzaine que comptait la revue en ces temps, reprise à la une du N° 448 de février 1980… si j’ai encore bonne mémoire ?

    C’est vrai « qu’à bord » de ce side que j’avais construit en 1975 à Djibouti sur la base d’un Yamaha DT400, avant donc que n’apparaisse le 500XT, nous nous sommes offert quelques inénarrables balades dont les itinéraires de ouf feraient pâlir bien plus d’un de nos camping-car… modernes, 4×4 et 6×6 teutons suréquipés itou !

    De l’Océan Indien à l’Atlantique par l’Afrique trans-équatoriale en 76 et une trans-sahélienne en 81. Puis la transamazonienne en 82 sanctionnée par la toute première liaison au sol de Rio à Cayenne…
    J’en passe des pas moins tristes comme cette transatlantique à la voile, où réduit en pièces détachées enrobées de papier gras dans les équipés, le panier culbuté sur le roof à ras de la… touffe, non, de la baume(!), nous avions à la voile rejoins Fortaleza depuis Dakar…En presque trois mois.
    Que du bonheur en somme et pour quelle minuscule somme !

    Repenser la moto en camping-bike serait en effet tout à fait possible avec les rapports poids/puissance actuels, quand on sait que mon « truc-k » avouait près de 600kg de PTAC avec passager, vivres, carburant et tout le bazar, contre…33 chevaux… Quand bien même à deux temps !

    Une fabrication que d’aucun comme la revue « Moto Verte » d’alors, probablement furax de le découvrir exposé sur le stand de la concurrence au Salon de la Porte de Versailles, n’avait pas hésité à qualifier « d’exercice de style », sans prendre gare à son vécu, pas plus qu’à ce que je lui fit vivre et survivre, les années suivantes.

    Il serait bien trop long d’entrer ici dans les superbes rêves et les biens plus rares cauchemars de ces treap, comme d’exposer le nombre d’applications qui permettraient j’en suis sûr, de réaliser un surprenant « Camping-Bike », ne serait-ce que pour rigoler, en voyant la réaction des cons dans la tête desquels, bien qu’en 2009 bientôt, une telle réalisation serait encore capable de semer le doute !

    Putain, vivement la retraite !
    Amicalement vers tous les merveilleux fous roulants,

    Xavier Lo Pinto
    x.lp@wanadoo.fr

  2. …Bien sûr !
    Mais comme l’âge de mes os de feront plus de moi une bête du web, et puisqu’il me semble que ce gracieux service ne laisse pas de place aux images, passe-moi donc ton adresse mail

    Salut,
    xlp

Répondre