Triumph Tiger 900 – 1993 à 1998

Triumph Tiger 900 – 1993 à 1998

2 1518

Présentation de la Tiger 900

Chez Triumph (en 1994) :
Sur le papier, ça ne marche pas. Des performances de grosse cylindrée sous des dehors de globe-trotter endurci, voilà un mariage bien improbable. Du moins, c’est ce que vous croyez !
Une fois larguées les amarres, nul besoin de faire patiner l’embrayage. Le moteur 900 cc à course longue transmet sans effort apparent le couple à la roue arrière. Il suffit alors de mettre les gaz en seconde, puis en troisième, quatrième, et en cinquième, avant de passer la sixième et de lâcher l’autre dans un nuage de poussière.
Dès le premier virage, on est frappé par l’agilité de la Tiger. Un coup à droite, un coup à gauche, et la voilà qui trace sa courbe avec élégance.
Ses pneus radiaux spécialement conçus et sa suspension arrière à gaz lui confère une tenue de route impeccable.

Et pourtant, quelque chose ne colle pas tout à fait… Vous y êtes : avec une allure pareille, la Tiger devrait présenter le pétaradement caractéristique d’un gros mono ou d’un bicylindres. Mais le délicieux ronronnement des trois cylindres vous révèle qu’il s’agit là d’un moteur au point – qui s’en plaindrait ?

Sans vouloir nous vanter, ce n’est pas un hasard si l’arrivée de la Tiger a fait l’effet d’une bombe dans l’univers de la moto. Prête à se mesurer aux plus performantes, elle a laissé bouche-bée plus d’un pilote de sport en détalant soudain, pour n’être bientôt plus qu’un point à l’horizon.

Son look « trail » n’est pourtant pas une façade. Haute, et munie d’une suspension arrière Monoshock qui vous épargnera les cahots du terrain, la Tiger permet une foule de réglages en fonction des conditions de conduite.
Solidement implantés des deux côtés de la selle, les pots d’échappement trois-en-deux sont protégés aux endroits stratégiques afin de préserver sacoches et passagers de la chaleur.
La superbe noirceur du moteur sera toujours préservée par le sabot qui de plus vous protégera des mauvais coups et des mauvaises bosses.

Mais aussi : Jusqu’à nos jours, la mode des gros trails routiers ne s’est jamais démentie. Les responsables marketing de Hinckley savent donc ce qu’ils font lorsqu’ils lancent la Tiger 900 en 1993.

Equipée d’un 3 cylindres de 900 cc et attirant les regards par son look « rallye » très voyant, la Tiger 900 est tout de suite un succès commercial, bientôt justifié d’ailleurs par les tests publiés dans la presse spécialisée.

Légérement modifié, son moteur a perdu peu en puissance à haut régime, transmettant à la boîte à 5 rapports 85 chevaux seulement, mais en revanche, il gagne en couple et en reprise.

Si elles sont une preuve supplémentaire du grand potentiel du 3 cylindres de 900 cc, ces qualités ne sont pas moins essentielles pour un gros trail routier.
Une large gamme d’accessoires avec, entre autres, une béquille principale, protection moteur améliorée ou un kit bagagerie, vient compléter l’offre de la Tiger 900.

Galerie

Nouveautés, millésime par millésime

Millésime 1993 :
– on reconnait les premiers modèles de Tiger 900 aux carters moteurs assortis aux coloris de la moto.

Millésime 1994 :
– nouvel embrayage (cloche + couronne accessoires + pignon du milieu).
– nouveaux carters Cosworth Castings.

Millésime 1995 :
– bras oscillant peint en noir.

Millésime 1996 :
– le porte bagage en acier tubulaire fait place à un élément en aluminium moulé.

Millésime 1998 :
– nouvelle fourche Showa en remplacement de la Kayaba.
– un nouvel amortisseur arrière.
– rampe de carbus Keihin en remplacement des Mikunis.

Les coloris Tiger 900

coloris_tiger_900_02 coloris_tiger_900_01

Caractéristiques Techniques Tiger 900

Moteur
  • Moteur : 3 cylindres en ligne disposés transversalement, 4-temps, double arbre à came en tête, ref. liquide, 12 soupapes.
  • Cylindrée : 885 cc
  • Alésage x Course : 76 x 65 mm
  • Compression : 10.6 à 1
  • Alimentation : 3 carburateurs MIKUNI à boisseau plat de 36mm. (KEIHIN à partir de 1998)
  • Allumage : Electronique digital à induction -12 V
Transmission
  • Transmission primaire : Pignons
  • Transmission secondaire :
  • Embrayage : A huile, multi-disques
  • Boîte : 6 rapports
Partie cycle
  • Cadre : Mono poutre en acier haute résistance
  • Bras oscillant : Aluminium avec réglage de chaîne par excentrique
  • Roue avant : 19 x 2,5 pouces à rayons
  • Roue arrière : 17 x 3,0 pouces à rayons
  • Pneu avant : 110/80-19
  • Pneu arrière : 140/80 17
  • Suspension avant : Fourche télescopique de 43 mm
  • Suspension arrière : Mono-amortisseur avec réserve séparée pour réglage précontrainte et compression/détente.
  • Frein avant : Double disque flottant de 276 mm, 2 étriers à 2 pistons
  • Frein arrière : Mono-disque 255 mm, étrier 2 pistons
Dimensions
  • Longueur : 2175 mm
  • Largeur : 860 mm
  • Hauteur : 1345 mm
  • Hauteur de selle : 850 mm
  • Empattement : 1560 mm
  • Angle de braquage : NC
  • Poids à sec : 209 kg
  • Réservoir : 24 litres
Performances
  • Puissance max : 85 CV à 8000 tr/min
  • Couple max : 8.35 mkg au régime de 6000 tr/min

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour.
    Ce n’est pas un moteur á longue course comme vous l’indiquez au début de l’article, mais au contraire un moteur super carré, avec les mêmes cotes internes que la 900 Daytona, par exemple.
    Le réglage de carburation est différent a cause de l’échappement different.
    Bien á vous.

Répondre