Essai Metzeler Interact : Racetec K3, Sportec M5 et Roadtec Z8

Essai Metzeler Interact : Racetec K3, Sportec M5 et Roadtec Z8

Ce week-end, j’ai eu l’immense privilège de participer au lancement de la nouvelle gamme de pneus du fabriquant allemand Metzeler. Il s’agit de la la gamme Interact, qui était donc présentée à la presse sur le circuit de Carthagène dans le Sud de l’Espagne, à quelques encablures de Murcie et Alicante.

Metzeler équipe d’ailleurs en première monte plusieurs de nos chères Triumph, l’America, la Bonneville, la Speedmaster, la Thruxton, la T100, la Thunderbird, la Rocket III mais aussi et surtout la Speed Triple qui chausse l’excellent Racetec K3 Interact, un des trois modèles de la nouvelle gamme Interact avec le Sportec M5 et le Roadtec Z8.

La technologie Interact

Le principe de cette technologie repose sur des tensions variables appliquées aux câbles d’acier qui parcourent la gomme du pneu. La création de mouvements /vibrations du câble d’acier à l’intérieur du pneumatique génère de la chaleur, synonyme de grip.

Ces mouvements sont ajustés grâce aux 120 câbles d’acier répartis dans le pneu, séparés par une fraction de millimètre, et créant des zones de grip spécifiques selon l’utilisation et l’inclinaison.

Trois pneus différents ont donc été conçus à partir de ce concept, en appliquant des tensions spécifiques aux différentes zones du pneu, chacun de ces pneus correspondant à un usage spécifique.

Le Roadtec Z8

Trois zones de tensions (voir illustration dans la galerie en fin d’article).

Ce pneu est conçu pour un usage type grand tourisme, pour vous emmener loin en toute sécurité. Une bande rigide au milieu et deux bandes mi-tendres sur les côtés pour améliorer le grip en virage.

Le Sportec M5

Cinq zones de tensions (voir illustration dans la galerie en fin d’article).

C’est le pneu allround par excellence, prêt à répondre à toutes les sollicitations d’une conduite typée sport. Le but est d’offir le meilleur compromis entre durabilité et grip.

Le Racetec K3

Trois zones de tensions (voir illustration dans la galerie en fin d’article).

Ce pneu est fait pour la piste puisqu’il conjugue une gomme légèrement plus tendre à ses qualités de grip et précision. Il perd bien entendu au passage de la longévité mais ce n’est pas ce qu’on lui demande en premier !

Le déroulement des essais

Après vous avoir présenté les pneumatiques, laissez-moi vous raconter mon expérience lors de cette journée hors du commun…

Le matin, au programme approximativement 150 km de trajet type route / montagne au guidon de différentes machines. Voici donc ce moment de bonheur où nous sommes face à une douzaine de motos bien alignées, nettoyées, chouchoutées… qui n’attendent que nous…

Mes chers collègues essayeurs auront la gentillesse de me laisser le guidon des Triumph disponibles, à savoir une Street Triple R montée en Z8 et une Speed Triple 1050 (full power nous sommes en Espagne :) équipée en K3. Je roulerai aussi pour l’occasion sur une Kawasaki Z750R avec des Z8.

J’ai eu d’excellentes sensations au guidon de ces machines équipées en Metzeler, et moi qui suis un motard relativement prudent et attentif à la sécurité, je n’ai jamais été pris en défaut. Et pourtant je dois bien l’admettre, il était bien difficile de suivre le rythme plus que soutenu imposé par mes compagnons de route français, espagnol et italien (buongiorno Francesco !). Cela m’a donc conduit à rouler beaucoup plus vite que d’habitude sur ce parcours inconnu, mais à aucun moment les Z8 et encore moins les K3 sur la Speed ne m’ont montré le moindre signe de faiblesse.

La Street Triple R est démoniaque, le moteur excentrique et le comportement global de la machine enterrent totalement la Z750R, il y a peut-être du parti pris, mais franchement essorer la poignée de la Street apporte des sensations tellement fortes que la Kawa semble bien fade…

Quant à la Speed Triple ainsi débridée, j’ai été bluffé à sa facilité de pilotage. Trapue à l’arrêt, elle se se montre d’une agilité et d’une facilité exceptionnelle en mouvement, et les Racetec K3 qui l’équipent de série permettant vraiment de se faire plaisir… Dieu merci, la police espagnole n’a pas fait d’excès de zèle dimanche matin…

Après une pause de midi et un repas on ne peut plus convivial sur le circuit de Carthagène, ce sont 4 sessions pistes qui nous attendent pour l’après-midi…

Je suis entouré de pilotes chevronnés et suis aussi impatient qu’anxieux à l’idée de faire mes premiers tours de roues sur un vrai circuit. Encore une fois nous sommes gâtés et les motos en version full power proposées pour cet exercice sont magnifiques, jugez par vous même :

Sur le conseil avisé de mes compères, j’attaquerai la première session sur une Suzuki GSX600 équipé en K3. Je me concentre pendant toute cette session sur ma position sur la piste, la mémorisation du circuit, tout en essayant de faire des trajectoires les plus propres possibles.

Deuxième session : déjà la confiance et le plaisir de conduite ont définitivement fait taire l’appréhension… Je pose mon casque d’un air décidé sur la Daytona 675R équipée elle aussi des fabuleux K3. Je retrouve à son guidon le plaisir immédiat procuré par ce moteur, et un comportement extrêmement sain même si je suis loin de la pousser dans ses retranchements. En tout cas elle me pardonne toutes mes erreurs et approximations, largement supplée par ses pneumatiques Metzeler. Cette moto ainsi accessoirisée est un pur bonheur.

Troisième session, il paraît que je dois essayer quelque chose… Il s’agit d’une Yamaha R1 Full Power (180 chevaux) monté en M5. Ouch la claque… Je ne progresse pas vraiment niveau pilotage tant je suis impressionné par le moulin. La moto est aussi plus imposante que les 600 ce qui ne facilite pas la tâche sur le tracé assez sinueux et technique du circuit de Carthagène. Inoubliable expérience à son guidon…

Quatrième et dernière session, je connais bien le tracé, je commence à pencher beaucoup plus sérieusement en virage, et ce sera sur une Yamaha R6 (en M5) que je ferai mes meilleurs tours de piste. Avec la confiance je prends beaucoup de plaisir à piloter, les virages s’enchaînent naturellement et de plus en plus rapidement, mais il est temps de retrouver les stands car cette journée s’achève. Promis, je remettrai un jour les roues sur un circuit…

De cette session piste, je ne peux que confirmer tout le bien que l’on dit des Metzeler Sportec M5 et Racetec K3, car là aussi à mon niveau de pilotage, je ne les ai jamais pris en défaut et ils m’ont permis de me sentir en sécurité dans mes premières prises d’angles un peu sérieuses.

Mon bilan sur cette gamme de pneu Interact est très positif, à vous de choisir celui qui conviendra le mieux  à l’utilisation que vous faites de votre moto, mais soyez certain que la technologie Metzeler vous garantira confort d’utilisation, performances et sécurité.

Si vous souhaitez lire les compte-rendu de mes collègues français sur cette journée d’essai, allez vite lire les tests d’Yffic pour le compte de Motoplanète, et de Vincent pour Motoblog. Bravo à eux pour leurs talents de pilotes !

Avant de vous proposer une petite galerie photos regroupant un mixage de données techniques et photos souvenir, je tiens à remercier chaleureusement Joëlle, Vincent et Simon et toute l’équipe Metzeler pour leur invitation et l’organisation exceptionnelle de ce Challenge Interact, mais aussi Eric Pécoraro et Triumph France qui m’ont fourni l’équipement nécessaire.

Retrouvez plus d’infos sur www.rideexperience.com et sur www.metzelermoto.fr

ARTICLES SIMILAIRES

0 482

4 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire