The Triumph ‘Black Prince’ par Daniel Dewsbury

9 COMMENTAIRES

  1. Très belle machine personnalisée avec goût. Beaucoup de classe, effectivement. Allo ?, les designers de chez Triumph sont là?

  2. Bonjour à tous après six mois de silence, de chomage aussi, à 54 balais pas beaucoup de taf en vue, alors je brique Bonnie, 7000 bornes à présent, une paire de Toga et un guidon plat. Les Toga sont beaux et sonores mais n’espérez pas de perf en plus, sans parler de la prise de tête pour accorder les butées centrale et latérale. J’ai fini par installer les DBKiller joints au pots, c’est moins caverneux mais plus responsable. Une astuce pour qu’il ne grelotte pas au bout du pot, remplacer la vis cruciforme par un vrai boulon BTR et entourer la partie perforée d’une bande de silicone taillée dans un vieux moule à gateau facon gros joint torique, un peu de graisse cuivre, ça rentre tout seul et rien ne vibre.
    Quant à cette Bonneville, on dirait bien un Thrux. Enfin, un coup de chapeau à Triumph pour sa nouvelle Street, mieux, pas plus cher voir moins c’est fort, perso j’aurais mis le 800 Tiger la dedans, plus coupleux et pas plus lourd, la brêle idéale en somme. Quand au gros vaisseau routier, c’est vrai que ça pompe BM, mais ça à le mérite d’exister. Quand à nos bi de rêves, on est un peu les dindons de la farce, les 865 coutent cher et t’as souvent l’envie d’en rajouter ( pièces, pots, bricoles…). Je referais ma vie à l’envers, sur que j’aurais gardé Speed 08 au chaud et une paire d’oeullières en cuir.
    Mais ça, comme dit la pub, c’était avant !

  3. Bien le bonsoir Denis, ça fait plaisir d’avoir de tes nouvelles. Triumphadonf tournait un peu en rond ces derniers temps. Pour y remédier, je lance un débat sur un sujet qui provoque toujours des réactions passionnées : que penses-tu (vous autres, aussi) de la Bonnie Speedback Mécatwin ? Techniquement et esthétiquement hein, parce que le prix on ne sait pas encore.
    PS : bien qu’elle soit toujours en vente, j’ai encore Speed 10 (vert anglais) au chaud !! (Et 54 au compteur aussi). @+

  4. Monsieur DEPOISIER m’avait habitué à mieux, c’est pas de mon gout et puis tout ce boulot pour rendre l’AR auto-porteur, bref j’adhère pas, d’ailleurs et je ne sais si ça vient de ma vie d’aujourd’hui, mais toutes ces prépas à base de Bonneville et autres me laissent froid : virer des pièces pour les remplacer par d’autres soit disant plus mode c’est du commerce. Pour moi les pots c’était pour le sound et basta, le guidon plat je l’avais déja ; après si on veut aller plus loin c’est toujours la même rengaine, soit tu sais faire et tu modifies, soit tu consultes et payes le prix fort aux marchands du temple. Y’avait un Scambler Mécatwin improbable sur le stand Café-Racer au salon MotoLégendes y’a 15 jours, j’ai même pas cherché l’auteur, juste trainer dans la foule: ATS et des Bonnies bling-bling, Murit et ses quatre pattes à 11000, un 900 raide de neuf à 18000 chez Kawa, plus loin un 500 XT à 6000 et un 650 Trophy au même prix. J’ai vu pourtant de belles brêles, Raymondin et de belles bonnies anciennes, Machines et Moteurs, le clan Chatokine, le stand Wakan où les éventuels clients s’habillent Gucci et Weston, une Vélocette Vénom, des MV d’avant et un racer 650 XS cadre Métisse et ses soudures à pleurer. Une moto pourtant a retenu mon attention et de la buée dans mes lunettes, un 450 Honda DOCH freins tambours abordable.
    Finalement je me suis offert quelques BTR inox et un stock de tee-shirt pour mon fils et moi.
    Moralité, si t’as les sous tu t’offres un tréteau dans le vent et si t’en as pas, peu importe avec quelle brêle tu roules, tu roules quand même. Et t’es dans le vent. Etre à la mode, c’est justement ne pas y être.
    Bon j’y vais, j’ai une soupe à éplucher. Bonne nuit à tous et dites vous bien que l’important c’est de rouler, pas de regarder son bijou dans un garage ou le faire miroiter dans les vitrines ou les pupilles des autres.
    Restez motards.

  5. J’ai hésité à me rendre à Moto Légendes. J’aurai dû (c’est à 20mn), bref. J’avais déjà constaté cette hausse des prix sur les modèles « vintage ». Effet pervers du phénomène de mode comme l’écrit Denis. Et la Bonnie n’échappe pas aux préparations plus ou moins heureuses. Je n’ai pas les compétences nécessaires pour juger le travail technique de Mécatwin. Néanmoins, j’apprécie beaucoup son approche de la préparation: l’amélioration esthétique ne vaut que si elle va de pair avec l’amélioration technique. Un cadre coupé est repeint entièrement, les soudures sont refaites si besoin, le cheminement des cables électriques revu, suspattes, freinage optimisés. Pas mal de boulot quand même. Et comme le dit F. DEPOISIER: « ça fait 30 ans que les constructeurs font des économies sur le non-visible ». Alors, quand on est méticuleux comme lui, on refait et…ça coûte, c’est sûr. Mais j’ai vu des Bonnie « préparées » avec seulement montage de pièces et un voile de peinture au même pris qu’une Mécatwin !!  Je suis à l’écoute de ce préparateur depuis des années, je lis beaucoup d’articles sur ces motos (essayeurs + lecteurs) pour être convaincu de la qualité de son travail. C’est vrai que si on a les connaissances et le matériel pour préparer sa machine soi-même, la facture n’est pas la même !! Maintenant le charme des Bonnies anciennes chez Raymondin, c’est une excellente adresse, l’homme est sympa et pas avare de conseils. Roulez !!  Bonne soirée.
     

  6. Des économies sur le non visible, c’est une des façons qu’ont les constructeurs pour faire baisser le prix de revient d’une moto, la qualité générale est moindre donc, ça se tient pour eux comme justificatif vu que les motards depuis longtemps changent de bécane plus souvent, l’occase ne devient plus vieille moto à reconditionner mais bonne pour la benne, c’est le marché qui veut ça. Au salon MotoLégendes, plusieurs Bonnies préparées coutaient entre 14 et 26000 euros, c’est pas une vue de l’esprit, c’est une avalanche de pièces chères car réputées ( Olhins, Kinéo et j’en passe ), personne ne dit rien, ça passe tout seul, passion du bel objet t’aveugles. Un réservoir de Bonnie actuelle se raye au premier coup de chiffon et je ne parle pas des GB plastique patinés avant l’heure, du bouchon de réservoir pourtant soit disant chromé, maté en 2 mois de sacoche réservoir. Un résé de 4 pattes tient sa couleur en 30 ans de labeur, juste un coup de polish et c’est reparti. Motards de tous poils, on construit vos bécanes futures avec l’imagination et le durable d’un vulgaire frigidaire, ceux qui veulent vous faire croire que l’histoire à un prix se foutent royalement de tout ça, ils en veulent à nos porte-monnaie,celui de ceux qui ont encore les moyens de s’offrir ce rêve d’entourloupe et dont je fais partie, nous rouleront en bricolant par nous-mêmes, en ayant un oeil sur le tarif de l’essence et le prix de pièces choisies après maintes et maintes hésitations. 
    On roulera coute que coute, on connait les radars et les endroits risqués, la cotisation d’assurance et le montant exact de tout ce qui nous touche dans la vie. Un jour, ne rouleront plus que ceux qui ont les moyens, les leurs ou celui des autres, la moindre mob sera recherchée tel un Graal et nos belles peintures, pièces rares et modifs hors de prix ne vaudront plus rien.  

  7. Pas faux, tout ça. Depuis, dans Café Racer, j’ai vu le prix des Bonnies « préparées » et ça calme. Je n’ai pas (encore) lu de commentaires de ce magazine sur ces prix. Je leur enverrai un petit mail prochainement pour connaître leur point de vue. Ceci-dit, et je rejoins Denis, cette inflation doit influencer notre regard sur la moto; entretenir, modifier le plus possible par nous -mêmes. La Bonnie, par exemple, peut se personnaliser assez facilement sans qu’il soit nécessaire d’investir dans du Ohlins, Kinéo. Des amortisseurs et des jantes de qualité existent ailleurs neuf et occas). Il faut chercher un peu, se renseigner auprès des personnes ayant modifié leur moto. Feuilleter les magazines peut être une source d’inspiration, de plus certains intervenants n’étant pas radins sur les conseils. En cette période de crise, plus que jamais, il faut se débrouiller et être particulièrement rigoureux, soigneux dans l’entretien de son deux roues. J’espère avoir plus de commentaires sur le forum : il fait froid dehors mais pas devant vos claviers !! @ +

Répondre